Couvertures de livres des années 60

by CJ McDaniel // juillet 8  

Les années 1960 ont été une période vraiment étrange de l’histoire, pas seulement en Amérique, mais vraiment dans le monde entier. Il se passait des choses qui allaient changer l’humanité pour toujours. Les événements qui ont conduit à l’atterrissage inspirant sur la lune ont créé une effusion de romans de science-fiction qui ont été immensément populaires au cours de cette décennie. Mais aussi populaires qu’ils étaient, ils ne pouvaient pas dominer deux esprits humains importants: l’enfant et le durable. Indépendamment de ce qui se passait, les années 60 ont trouvé l’humanité continuellement tournée vers l’avenir, et la recherche s’est fondue dans les livres les plus populaires de l’époque.

 

Couverture des années 60 - Une ride dans le tempsA Wrinkle in Time de Madeleine L’Engle

Parfois, le titre d’un livre peut vraiment atteindre et attirer les lecteurs et les rendre si intensément intéressés qu’ils n’ont pas d’autre choix que de feuilleter les pages et de découvrir l’histoire. Ce titre ne saute pas nécessairement de la page, mais il commence un processus de réflexion intéressant chez le lecteur qui peut commencer par quelque chose d’aussi simple qu’un sourcil levé par curiosité. C’est tout ce que le titre a à faire sur cette couverture, car alors l’image frappante prend le dessus et attire vraiment le lecteur. Une étrange silhouette ailée semble porter une bulle avec trois personnes à l’intérieur, à travers une vallée avec plusieurs autres de ces mêmes bulles. Qui sont ces gens et pourquoi sont-ils dans une bulle? Quelle est cette créature ailée et où emmène-t-elle les gens? L’endroit où ils se trouvent en général est une autre question intense qui va piquer le lecteur potentiel parce que le paysage ressemble à quelque chose d’une planète lointaine ou d’un film de science-fiction que tout ce qui pourrait être trouvé sur terre. Tant de questions vont surgir dans la tête du lecteur qu’ils vont être surmontés par eux et ont besoin de trouver au moins quelques réponses, c’est pourquoi cette couverture a été considérée comme si habilement conçue.

 

Couverture des années 60 - Fleurs pour AlgeronFleurs pour Algernon par Daniel Keyes

« Rat dans un labyrinthe » n’est généralement pas un terme attachant et est utilisé par ceux qui se sentent coincés dans quelque chose dans leur vie, avec peu d’espoir de trouver une issue. Cette couverture puise immédiatement dans ce paysage mental désespéré et parfois hostile avec une image simple mais efficace sur le devant d’un labyrinthe grossièrement fait, avec le stéréotype du petit rat blanc en train de se frayer un chemin. Ce qui le rend plus efficace, c’est le titre utilisé en conjonction avec cette image. « Flowers for Algernon » donne un sentiment entièrement différent, car les fleurs sont considérées comme belles, belles, apaisantes et belles. Le fait qu’ils soient donnés en cadeau d’affection rend l’image un choix curieux pour la couverture, mais c’est ce qui la rend si efficace. Les sentiments agréables et calmes qui viennent à l’esprit avec le titre se heurtent brillamment aux sentiments durs et négatifs du labyrinthe et créent une petite tempête de curiosité dans l’esprit du lecteur. Afin de savoir pourquoi ces deux ont été mis ensemble, ils devront prendre le livre et lire, ce qui est exactement ce que la couverture voulait.

 

Couverture des années 60 - The Giving TreeL’arbre qui donne par Shel Silverstein

Certaines générations d’aujourd’hui se souviennent peut-être encore de ce livre d’enfance sur un arbre qui aimait tant un enfant, qu’il donnait et donnait jusqu’à ce qu’il ne reste littéralement plus rien. Même pour ceux qui n’ont jamais lu cette histoire inspirante et touchante, la couverture est capable de raconter une petite histoire avec une illustration simple mais efficace d’un grand arbre manifestement sain pliant l’une de ses branches afin de laisser tomber une pomme rouge vif dans les mains du petit enfant ci-dessous. Il y a tellement de vert utilisé sur cette couverture, ce qui fait penser aux lecteurs à la santé, à la vitalité, à la fraîcheur; Surtout quand il s’agit de la nature et de notre propre durée de vie. L’arbre a évidemment sa propre vie sensible et a développé un attachement au petit enfant lorsqu’il abandonne volontairement l’une de ses pommes. Le titre laisse entendre que ce fruit ne sera pas le seul échange entre le morceau de nature et la personne, et invite les lecteurs à s’asseoir, à ouvrir la couverture et à profiter d’un peu de verdure pour eux-mêmes.

 

Couverture des années 60 - La souche AndromèdeLa souche Andromède par Michael Crichton

Peu de choses évoquent le genre de réponse chez les gens comme la peur de la contagion et de la maladie. Les années 60 ont marqué une période de l’histoire où le monde entier a retenu son souffle, craignant les bombes qui tombent et les retombées nucléaires, c’est pourquoi le symbole de risque biologique qui se détache au centre de la couverture est la partie la plus importante qui attirera immédiatement l’attention des lecteurs. Les gens ont peur de l’inconnu, c’est pourquoi ce simple symbole peut causer tant de panique – il indique généralement un danger que les gens savent dangereux, même s’ils ne savent pas exactement pourquoi. Ce symbole infâme placé sur un cadran d’horloge augmente son effet, car il indique alors au lecteur que cette histoire va se résumer au fil, où chaque seconde va compter. Le faisceau de lumière rouge émanant du centre du symbole et se propageant dans l’obscurité de l’arrière-plan montre de petits débris à mesure qu’il s’éloigne de la source. Le lecteur ne sait pas exactement ce qu’est ce débris, mais il est sûr de découvrir si seulement il ouvre cette couverture et lit les pages qu’il contient. Cette reprise est un exemple fantastique de l’utilisation de la peur des gens à leur égard et de leur faire face d’une manière sûre mais qui touche toujours intensément leurs émotions. De la sécurité d’être au-delà de l’histoire, et de ne lire qu’en tant qu’étranger qui regarde à l’intérieur, ils savent que « la souche andromède », quelle qu’elle soit, ne peut pas réellement les blesser, et ils peuvent s’asseoir et profiter du roman dont la couverture les a attirés.

 

Couverture des années 60 - PapillonPapillon par Henri Charriere

La non-fiction n’est pas toujours un favori parmi la majorité des lecteurs, mais c’est de la non-fiction pas comme les autres. L’histoire vraie d’un homme qui a non seulement été accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, mais qui a été injustement condamné à la prison et qui a ensuite passé sa vie à tenter de s’échapper; Ce livre, pour ceux qui connaissent même de loin le nom, est sûr de se lire comme une fiction et d’être tout aussi divertissant. Pour les lecteurs qui ne connaissent rien d’Henri Charrière, ils ne sont peut-être pas aussi enclins à lire une histoire vraie, mais la couverture va rendre incroyablement difficile pour eux de résister à l’envie de feuilleter ces pages. Comme beaucoup d’images, les clôtures à mailles de chaîne sous forme de barreaux et de prisons suscitent une réponse spécifique chez de nombreuses personnes. Personne n’aime qu’on lui enlève sa liberté, qu’on lui prenne au piège, comme le fond de cette couverture le fait immédiatement sentir. « Papillon » est le titre et le symbole d’une personne piégée derrière cette même clôture, et de ce côté, du côté du lecteur, il y a un papillon brillamment vif – l’un des symboles ultimes de la liberté. Le bel insecte semble se reposer doucement sur les barreaux, narguant presque le prisonnier de l’autre côté, se moquant et montrant à quel point il pourrait facilement s’envoler, à quel point il est vraiment proche et pourtant ne peut toujours pas être atteint. Il y a un symbolisme extrêmement puissant utilisé avec cette couverture qui a été habilement utilisé pour vraiment faire comprendre l’histoire dans les pages et faire ressentir au lecteur potentiel ce prisonnier. Avoir envie qu’il s’échappe autant qu’Henri Charriere voulait s’en sortir.

 

About the Author

CJ grew up admiring books. His family owned a small bookstore throughout his early childhood, and he would spend weekends flipping through book after book, always sure to read the ones that looked the most interesting. Not much has changed since then, except now some of those interesting books he picks off the shelf were designed by his company!